Quels combustibles ?

On en trouve principalement trois types : la bûche, les plaquettes et les granulés.

La bûche

C’est le bois de chauffe le plus connu et le plus usité, vendu généralement par stère et non au poids (car l’humidité alourdit le bois et s’évapore petit à petit). Attention, toutes les essences ne se valent pas car la densité du bois varie d’une espèce à l’autre. Les essences dites « dures » (chêne, hêtre, frêne) offrent le meilleur rendement. Un label a été créé, NF Bois de chauffage, garantissant les qualités du bois (www.nfboisdechauffage.org), moyennant un très léger surcoût à l’achat (< 5 %).

Avantages

✓            Disponibilité : de nombreux fournisseurs sont disponibles sur tout le territoire.

✓            Prix : la bûche est un combustible assez économique (bien que son prix augmente, la demande étant croissante). Compter environ 70 € le stère. Un appareil performant offre un rendement de 85%. Avec une moyenne de 2000 kWh produit par stère, la bûche revient à environ 0,035 €/kWh.

✓            Matériel : la bûche peut être utilisée par une grande variété de matériels (insert, poêle, chaudière…).

Inconvénients

X Manipulation : les bûches sont parfois assez lourdes et l’alimentation des appareils de chauffage est obligatoirement manuelle.

X Encombrement : empiler des bûches nécessite d’avoir une zone de stockage suffisamment importante. Ainsi, il faudra prévoir entre 12 et 15 stères de bûches par an pour chauffer une maison de 100 m2 en Ardèche correctement isolée.

X Taux d’humidité : le bois brûlera plus ou moins bien selon l’humidité contenue. Idéalement, il doit avoir séché 2 ans à l’abri des intempéries dans un lieu bien ventilé (on peut acheter du bois qui a déjà 2 ans de séchage).

Plaquettes ou bois déchiqueté 

Les plaquettes se présentent sous la forme de copeaux de bois obtenus par broyage. Elles proviennent généralement de forêts ou scieries et permettent de valoriser des déchets de bois ou des petites branches qui ne peuvent être transformées (planche, meubles…). Le calibrage des plaquettes varie, mais, pour des petites installations individuelles, on trouve communément des morceaux d’environ 30x20x10 mm (< 30% d’humidité). À l’achat, l’unité utilisée  n’est plus le stère, mais le MAP (mètre cube apparent de plaquettes). Les plaquettes sont habituellement livrées par camion et sont presque  exclusivement employées dans des chaudières automatiques.

Avantages

✓            Prix : c’est le moins cher des combustibles bois disponibles. Un MAP coûte environ 25 € et fournit entre 850 et 900 kWh soit en moyenne 0,028 €/kWh.

✓            Manipulation : les plaquettes sont faciles à transporter et l’alimentation du matériel de chauffe peut être automatique (il suffit que l’appareil soit relié à l’espace de stockage avec une vis sans fin).

✓            Rendement : il peut dépasser les 80%, des performances bien supérieures aux bûches grâce à du matériel plus perfectionné. Et comme très peu de cendres sont produites, leur entretien est facilité.

Inconvénients

X Matériel : beaucoup de modèles proposent une alimentation automatique, qui ne peut se faire qu’à la condition de disposer d’un silo de stockage à proximité immédiate de la chaufferie. Attention, celui-ci doit également pouvoir être accessible aux camions de livraison.

X Qualité : il faut être vigilant sur la qualité des plaquettes qui doivent avoir un calibre homogène, la présence de gros morceaux mal broyés pouvant abîmer votre matériel. De même, le taux d’humidité doit être adapté à la chaudière, soit moins de 30% pour des appareils de faible puissance.

X Encombrement : tout comme les bûches, les plaquettes ont besoin d’un espace de stockage assez grand. Prévoir environ 25 MAP par an pour chauffer une maison de 100 m2 en Ardèche correctement isolée. Vous pouvez vous faire livrer en plusieurs fois, mais il est conseillé de disposer d’au moins 10 à 15 m3 d’espace.

Granulés de bois

Les granulés de bois (appelés également « pellets ») sont obtenus à partir de sciure affinée, séchée puis comprimée sous très haute pression. Il n’y a pas de liant ou de colle. Ils se présentent sous la forme de petits cylindres de 1 à 3 cm de long et 6 à 8 mm de diamètre. Leur taux d’humidité est très faible (moins de 10%) ce qui en fait un combustible particulièrement performant. Ils peuvent être achetés en sac (15 ou 25 kg) ou livrés en vrac par camions. Veillez à ce que les granulés ne soient pas endommagés, qu’ils ne s’effritent pas facilement et qu’il n’y ait pas de poussières.

Avantages

✓            Rendement : les granulés offrent le meilleur rendement énergétique (parfois supérieur à 90%). Très peu de cendres sont produites, ce qui facilite l’entretien du matériel. Un mètre cube (= environ 0,7 tonne) fournit 3200 kWh.

✓            Encombrement : son excellent rendement en fait le combustible le moins encombrant. Environ 5 m3 de granulés suffiront à chauffer une maison de 100 m2 normalement isolée en Ardèche.

✓            Manipulation : comme avec les plaquettes, l’alimentation des appareils en granulés peut être automatisée facilement.

Inconvénients

X Prix : c’est le plus cher des combustibles bois (environ 220 € par tonne livrée en vrac soit 0,048 €/kWh – l’achat de sacs est sensiblement plus cher).

X Disponibilité : bien qu’il y ait de plus en plus de fournisseurs, il est conseillé de s’assurer au préalable que certains sont présents près de chez vous.

OÙ TROUVER UN FOURNISSEUR DE BOIS ?

Il en existe de plus en plus en France. Faites une recherche sur www.bois-de-chauffage.net qui recense les adresses par département et type de combustible. Pensez aussi aux Pages Jaunes et renseignez-vous auprès des points Info énergie s’il en existe un près de chez vous.